« J'avais juste une question... » ⋆ Jennifer Nzola
895
post-template-default,single,single-post,postid-895,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-1.0.5,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive,elementor-default

« J’avais juste une question… »

J’ai parfois l’impression qu’il y a une contradiction dans la manière dont les gens perçoivent les prestations de conseil. Certaines personnes s’imaginent qu’il suffit de se réveiller un matin et de se mettre à parler ou «coacher » des gens pour être consultant (surtout en marketing) et que de ce fait, n’importe qui peut l’être. Internet et l’ouverture qu’elle offre n’aide pas les professionnels à sortir du lot et à se distinguer face à la superficialité ambiante.

Récemment, j’ai été contacté par un homme du secteur de l’hôtellerie qui voulait que je l’accompagne sur le lancement de sa plateforme de formation. Il avait un parcours intéressant et un projet qui semblait avoir du sens. Après une conversation téléphonique, quelques échanges par email et l’envoi d’un devis, je n’ai pas eu de retour immédiatement puisqu’il attendait le retour d’un client pour obtenir une recommandation. Aucun problème, mes clients sont satisfaits. Après deux semaines, il m’a expliqué qu’il n’avait pas fait de retour car il n’avait pas réussi pu joindre personne (premier mensonge, mais passons). Puis il avait « juste une question» à me poser que je vous partage ici : «Pensez-vous qu’il serait plus saint de créer des comptes Facebook, LinkedIn, Instagram à part pour ma marque ou devrai-je simplement utiliser mes contacts actuels et créer ma marque directement sur mes networks actuels ? […] je pourrais toucher beaucoup de monde, mais cela ne mettrait-il pas mon imager si l’idée est mal perçu … ? ».

J’aime l’audace quand elle a des impacts positifs et qu’elle ne consiste pas à dénigrer le travail ou la valeur d’autrui pour son unique intérêt… De toute évidence, ici, j’avais droit à un grand opportuniste. Je lui ai poliment répondu par l’absurde en lui demandant s’il pouvait mettre ses compétences à ma disposition «juste pour une journée» pour un évènement de 200 personnes. Aujourd’hui, tout le monde peut faire du pain chez soi; alors pourquoi ne pas demander au boulanger de nous offrir une baguette gratuite ? Après tout, ce n’est pas si compliqué de faire du bon pain ! Si ?

Suite à ma réponse, ce monsieur m’a bloqué de ses contacts; j’ignore si c’est par honte ou parce que je n’ai pas répondu à sa requête. En tout cas, il m’a permis de confirmer à nouveau une chose : je ne souhaite pas travailler avec des personnes qui ne valorisent pas mes compétences. Vous savez combien je tiens à travailler en étroite collaboration avec mes clients, n’est-ce pas ? Mes clients vous le confirmerons, mon principe est simple : je souhaite que chacun puisse gagner, et non pas l’un au détriment de l’autre. Le succès de mon client est le mien. Pour moi, travailler dans de bonnes conditions peut faire toute la différence, et le respect du travail de chacun est un prérequis non négociable.

Et vous, vous arrive-t-il de refuser des collaborations professionnelles ?

No Comments

Post A Comment