La place des hommes dans la promotion de l'entrepreneuriat au féminin ⋆ Jennifer Nzola
908
post-template-default,single,single-post,postid-908,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-1.0.5,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive,elementor-default

La place des hommes dans la promotion de l’entrepreneuriat au féminin

Très tôt on m’a appris que j’allais avoir de nombreuses batailles. Née au Congo (RDC), grandir dans un pays qui peine à me considérer comme sienne, être une femme quand tout semble pensé et construit pour/par des hommes, être noire dans une société qui semble vénérer la peau claire. J’ai été préparé car on me disait souvent « Jennifer, en tant que femme tu vas devoir te battre deux fois plus dans cette société. Et parce que tu es noire, tu devras te battre 2 fois plus encore. » Bien que je ne comprenais pas la profondeur de ces paroles, je les ai saisies et conservées. Il faut dire que mon père aimait répéter les choses importantes. Mais où est-ce que je veux en venir ? C’est simple : j’ai été préparé à ce que je vis, je ne me positionne donc pas comme une victime mais plus comme acteur de ma destinée, de ma vie. Mes prises de positions, chaque décision est pesée et j’en suis responsable même en cas d’échec. Pourtant, j’ai le poids de ma féminité. Je dois faire attention à ne pas trop sourire, de peur que cela soit mal interprété. Ne pas paraître trop ouverte, ni trop fermée. Être forte et capable mais en même temps paraître douce et aimante. Y voyez-vous des paradoxes ? Les charges mentales qui pèsent sur les femmes sont nombreuses et si vous lisez ces lignes en étant un homme, j’ai quelque chose de précieux à vous demander. En fait, j’ai même plusieurs choses à vous demander.

  1. La première : déculpabiliser. Oui, le monde est injuste, oui, les femmes sont, aujourd’hui encore, victimes de discrimination et à poste égale, nous sommes bien moins payées que vous. Mais connaître ces informations ne devraient pas vous positionner dans une posture de coupable. Plutôt vous donner envie de changer cela.
  2. Ce qui m’amène à ma deuxième demande : vous êtes en mesure de nous aider à changer cela. Pardonnez ma comparaison, elle a uniquement pour vocation de faire comprendre une idée : de la même manière que le combat contre la pauvreté ne concerne pas uniquement les personnes qui vivent la pauvreté, le combat des femmes ne peut concerner que les femmes. Aidez-nous, supportez-nous, encouragez-nous.
  3. Enfin, j’arrive à ma troisième demande : accompagnez-nous également face aux stéréotypes nombreux que nous rencontrons. Par exemple, l’idée que la femme serait un grand enfant à qui il faut donner la main, parler avec condescendance ou autorité particulière (paternalisme). Lorsque je parle d’accompagnement, je parle de support au sens de soutenir « l’épaule »; à posture égale et non de regarder d’en haut.
  • Alors oui, Le Cercle des Audacieuses veut encourager et promouvoir l’entreprenariat des femmes mais il n’est pas interdit aux hommes. Bien au contraire ! Si vous souhaitez intervenir en tant que chef d’entreprise sur une thématique dans le cadre des BB (Business Breakfast), si vous souhaitez animer des workshops, partager une expertise, vous êtes bienvenus Messieurs !

Plus nous sommes nombreux et nombreuses, plus nous sommes à même de changer la société et donc le monde… Quoi, je ne vous ai pas dit que je voulais changer le monde ?

No Comments

Post A Comment